Festival

La grande Balade, un rendez-vous Eurélien à la conquête de son public

Quelle serait la renommée de Clisson en pays de la Loire sans le Hellfest ? d’Angoulême sans son festival de la BD ? La ville de Cannes aurait-elle un tel rayonnement mondial sans son festival international dédié au septième Art ?

Il ne fait aucun doute qu’un rendez-vous culturel installé, contribue grandement à la reconnaissance de son lieu de diffusion.

Les 33 communes qui composent la Communauté des Communes Entre Beauce et Perche ont accueilli, le week-end des 3 et 4 septembre 2022 la deuxième édition du festival « La Grande Balade » (#lagrandebalade), un grand rendez-vous gratuit, éclectique et varié, où le spectacle vivant sous des formes différentes, s’exprime à l’air libre dans des lieux insolites, voire exceptionnels de ces territoires de la Beauce.

La Grande Balade  cette année 2022, c’était 9 représentations, six communes au fil de l’Eure. C’est, en moyenne, une représentation toutes les deux heures dans un lieu différent. 

.

Tout a commencé le samedi 4 septembre 2022 au cœur du domaine du Château de Blanville, ouvert exceptionnellement pour l’occasion, par un récital matinal de Guilhem Fabre, avec son camion-scène Unopia.

Ce pianiste multirécompensé, aspire à amener la musique classique “live” dans la nature, dans des lieux insolites et inattendus. Un peu moins de 200 personnes, sous une pluie fine intermittente, ont écouté entre autres la « Chaconne en Sol Majeur » de Haendel, « le 4ᵉ moment musical » de Rachmaninov. À la fin, en exclusivité, Guilhem Fabre a joué le Prélude de Bach transcrit par Alexandre Ilitch Ziloti, compositeur russe né à Kharkiv, ville de l’actuelle Ukraine, qui figurera sur son prochain CD.
.

Le marathon étant lancé, direction Fontaine-la-Guyon, dans les rues autour de la mairie, à la rencontre de la troupe primée Adhok, qui questionne :  la jeunesse, et ses interrogations sur l’avenir, le job dating, le speed-dating, le tout avec de l’humour et de la bonne humeur. En plus d’un jeu d’acteur puissant, des mouvements synchronisés, plus ou moins dansants, rythme les déplacements et transitions. Ce qui rappelle fortement l’héritage de la chorégraphe Pina Bausch avec le Tanz Theater de Wuppertal.
.

Au fil de l’Eure, en début d’après-midi, à Chuisnes, il fallait choisir entre :

  • une déambulation audioguidée, poétique, cinématographique, proposée par le chorégraphe nantais David Rolland, sur le thème de la rencontre,
  • ou aller rire à tue-tête, avec les enfants pendant le spectacle « La gadoue » de la Compagnie des Délices.

Heureusement que la programmation de Chuisnes est identique le lendemain, ce qui n’a pas été vu le samedi pourra être vu le lendemain.

Le site historique du Moulin de Boizard à Pontgouin a accueilli un groupe de jeunes vingtenaires : Vlap, biberonné aux sons de la Motown au Groove de Georges Benson et aux riffs endiablés de Carlos Santana. Ils ont captivé leur public avec un son pop, groovy et funky.

À la tombée de la nuit, à 500 mètres du moulin, une nuée de personnes s’est dirigée vers le Château de la Rivière pour assister à un autre spectacle de la Compagnie Adhok intitulé « Le nid ». Malheureusement, le spectacle a dû être interrompu, pour des raisons techniques après cinq minutes oniriques.
.

Dimanche en fin de matinée, la Grande Balade a fait escale dans un quartier de Courville-sur-Eure, au pied d’un immeuble d’HLM. La Compagnie du Coin originaire du Centre-val-de-Loire, forte de la puissance de jeu de ses dix musiciens-comédiens, interroge la politique, le code pénal, ce qui est de l’ordre du public ou du privé. Une belle puissance dans l’engagement des mots et du jeu.

Chuisnes en début d’après-midi continue avec la Happy Manif et La Gadoue. En fin d’après midi, rendez-vous au bord de l’étang de Landelles avec trois poètes, leurs poules, leurs chiens et le dindon de La Compagnie des Plumés et leur spectacle : Quand les poules joueront du banjo. Un spectacle burlesque pour enfants, mais pas que. Un nombre incalculable de personnes avait répondu présent.

Le festival s’est clôturé de la plus belle des manières, par la danse et la bonne humeur avec le Trio d’Afrique qui, après leurs performances, ont fait danser un maximum de personnes.

REPORTAGE EN IMAGES :

Un Piano en Liberté par le pianiste Guilhem Fabre-images-c-Jean-Philippe POLO
L’Envol par la compagnie Adhok – images-c-Jean-Philippe POLO
Happy Manif, spectacle itinérant audio-guidé par David Rolland Chorégraphiesimages-c-Jean-Philippe POLO
Concert par la compagnie Vlapimages-c-Jean-Philippe POLO
Ne rentrez pas chez vous Spectacle itinérant par la Cie du Coinimages-c-Jean-Philippe POLO
Quand les Poules joueront du Banjo par la Compagnie des Plumésimages-c-Jean-Philippe POLO
À Vous de Danser par le Trio d’Afriqueimages-c-Jean-Philippe POLO

La Grande Balade n’est pas, comme beaucoup, un festival monothématique. Son originalité réside dans la diffusion des spectacles vivants, dans sa grande diversité. Aurore Erguy directrice et programmatrice de ce jeune festival, a relevé le défi d’une programmation riche et ambitieuse qui n’a rien à envier aux grands rendez-vous artistiques des grandes métropoles françaises.

Ce festival est un beau prétexte de découverte, de partage et d’intercommunication entre les communes que regroupe la Communauté de Communes Entre Beauce et Perche.

Vivement la prochaine édition !

UN REPORTAGE de : Jean-Philippe Polo

Le Site officiel du festival : https://lagrandebalade.com/

#lagrandebalade

Partager cet article sur les réseaux sociaux
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.