Centre d'Art Jean-René Lozac'h,  Opéra Opérette

Un OPÉRA drive-in à Saint-Maixme-Hauterive

C’est avec beaucoup de curiosité que je suis allée rendre visite à Marguerite Marie Lozac’h au restaurant du Golf du bois d’O en cette fin du mois de juillet.
Je voulais en savoir un peu plus sur la programmation de son OCNI (objet culturel non identifié) dont j’avais aperçu les affiches sur les réseaux sociaux : les week-ends du 4 et 5 septembre allait se tenir à Saint-Maixme-Hauterive un opéra drive-in.
L’opéra, sans en être spécialiste, je voyais bien ce que c’était, le drive-in aussi puisque j’ai été biberonnée à la série télé américaine, mais la fusion des deux me laissait pleine de questions. Des questions qui allaient trouver des réponses grâce à cette visite.

Image de Marguerite-Marie Lozac'h productrice du projet d'Opéra drive-in à Saint Maixmes Hauterive
Marguerite-Marie Lozac’h au Golf du bois d’Ô

Au commencement, la saison empoisonnée

Marguerite-Marie Lozac’h est la directrice du Centre d’Art Jean René Lozac’h, une très belle salle de spectacle implantée au sein d’une ferme du Thymerais, du côté de Beauce et Perche.
Depuis plusieurs années, elle programme de nombreux artistes afin de proposer un espace culturel vivant en pleine campagne, et ce, contre vents et marées.
Et cette année, vents et marées portent le même nom, ils s’appellent CORONA. Résultat : une saison théâtrale à l’eau, des spectacles reportés et surtout un grand projet qui ne peut voir le jour : la production du Prince de Madrid, une opérette à grand spectacle de Francis Lopez, qui devait se jouer en septembre dans la cour de la ferme devant 1600 spectateurs. Avec pour tête d’affiche José Todaro, Ténor à l’Opéra de Paris puis au théâtre du Châtelet (et grand ami de la femme de théâtre), cet événement devait propulser le centre d’art au rang de scène lyrique reconnue à l’international.

Une idée originale pour conjurer le mauvais sort

Si le projet du Prince de Madrid est reporté à 2021 (il est d’ailleurs déjà possible de réserver ses places) l’envie créatrice de Marguerite Marie Lozac’h, ne peut être différée : il lui faut transformer l’énergie madrilène du Prince en quelque chose d’autres, une forme nouvelle qui puisse continuer à donner vie au spectacle lyrique dès 2020 sans courir le risque de diffuser la maladie.
Mais quoi ? La réponse vient des États-Unis.
De l’autre côté de l’Atlantique, dans son théâtre de verdure du New Jersey, Maria Todaro (la fille du Ténor Sicilien) est une productrice à succès de spectacles lyriques en plein air. Tout aussi impactée par l’arrêt soudain des productions de spectacles vivants, elle trouve la solution en puisant dans la culture populaire de son pays d’adoption : LE DRIVE-IN. Cette forme de cinéma de plein air où chacun préserve son espace personnel grâce à l’habitacle de sa voiture est la solution idéale !
Entre les mains de la jeune et dynamique productrice la solution se transforme en super production. Mobilisant toute son énergie, Maria Todaro s’apprête à faire jouer en live, devant un parterre de quelques 600 voitures, le grand Opéra de Puccini : TOSCA.
Un opéra filmé par la télévision new-yorkaise et retransmis dans tous les USA… mais aussi dans un petit village d’irréductibles amoureux de la culture en France.

Image du flyer de l'Opéra drive-in au Centre d'Art Jean-René Lozac'h
Le flyer de la co-production France – Etats Unis et ses nombreux sponsors

Bien plus que la projection d’un spectacle filmé de l’autre côté de l’Atlantique

Marguerite-Marie Lozac’h achète pour la France les droits de retransmission de la production à grand spectacle et inaugure par la même le premier festival international d’opéra opérette franco-états-unien, mais ce n’est pas tout.
Cette amoureuse du spectacle vivant propose toute une scénographie théâtralisée pour accueillir les spectateurs qui viendront garer leur voiture aux premières loges de cet événement hors du commun. C’est face à un écran géant de 10 m par 15 m et une sonorisation digne d’un show à l’américaine que les spectateurs se laisseront porter par les rebondissements et les envolées de TOSCA. Une version lyrique que Puccini adapta en son temps après avoir découvert la pièce éponyme d’un certain Victorien Sardou, envouté qu’il fut par l’interprétation de la grande Sarah Bernhardt. Le monde de la culture est cousu de rencontres artistiques.

José TODARO à l’épicentre du projet

José Todaro l’entremetteur de cet ambitieux projet pourra quant à lui ravir son public lors de la deuxième partie du festival, version Drive-in, qui aura lieu le week-end suivant, les 11 et 12 septembre 2020.
En effet, une rétrospective complète de ses meilleures interprétations sera projetée, en sa présence.
Les nostalgiques du répertoire de Luis Mariano qui ont toujours aimé l’opérette devraient se ruer vers cet unique rendez-vous du genre qui, m’a confié Marguerite Marie Lozac’h, leur réserve quelques surprises.
Et pour tous les autres curieux qui en ont assez d’une culture télévisuelle sans âme, franchissez le pas et venez tenter l’expérience, vous ne devriez pas en sortir indemne : l’art lyrique est universel tant par les émotions qu’il procure que par les sujets qu’il aborde. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder du côté du Stade de France où se jouera fin septembre le Carmen mis en scène par Roberto Alagna, l’élève prodige d’un certain José Todaro…

1er festival Opéra-opérette du thymerais | Opéra drive-in 2020
TOSCA 4 et 5 septembre 2020 à 20h30
BEST OF José Todaro 11 et 12 septembre 2020 à 20h30
où : Centre d’Art Jean-René Lozac’h
Billetterie : site internet de l’office du tourisme de Chartres

Suivez les coulisses de l’aventure de l’Opéra drive-in sur la page facebook du Centre d’Art Jean-René Lozac’h

Partager cet article sur les réseaux sociaux
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *